PRÉCAIRE


PRÉCAIRE
PRÉCAIRE

PRÉCAIRE

Il faut distinguer la précaire (precaria ), qui est l’acte de requête par lequel un vassal demandait à son seigneur de lui faire un don suffisant pour assurer sa subsistance, ou par lequel un homme libre demandait un bienfait en offrant en échange sa fidélité et ses services, du précaire (precarium ) qui est précisément le bien fructifère concédé par le puissant à celui qui se place sous sa protection. Ce bien était le plus souvent une terre, mais pouvait aussi consister en un droit (sur un marché ou un péage, par exemple). La vassalité, c’est-à-dire la dédition de soi, étant par nature personnelle et non transmissible puisque librement consentie, le précaire était révocable et limité de toute manière à la vie du donataire. Ce moyen de rémunération des fidélités eut la faveur des grands, et en premier lieu du souverain, à l’époque carolingienne: à pratiquer le don pur et simple, en perpétuelle propriété, les rois mérovingiens s’étaient appauvris et avaient dû finalement subir la loi de leurs anciens fidèles, devenus plus riches qu’eux-mêmes. La pratique du don temporaire, souvent viager, était cependant connue depuis longtemps et tenait en Occident la place de la rémunération en salaire, rendue difficile aux échelons élevés de la société par l’insuffisance de la circulation monétaire. Le système du précaire fut aménagé par Pépin le Bref, qui en fit une véritable institution d’État pour régler la situation des terres d’Église spoliées par son père Charles Martel; il convenait de rendre ces terres, pour se concilier les clercs, sans les reprendre aux fidèles ou vassaux, dont l’appui militaire et politique était indispensable. Les terres furent donc rendues à l’Église, et les hommes du roi les reçurent à nouveau, en précaire cette fois. On parlait indifféremment de précaire ou de bienfait (beneficium ). Ce dernier terme l’emporta dans la pratique dès le VIIIe siècle. Il fut remplacé, vers le XIe siècle, par le mot fief (feodum ).

précaire [ prekɛr ] adj.
• mil. XVIe; precoire 1336; lat. jurid. precarius « obtenu par prière »
1Dr. Qui ne s'exerce que grâce à une autorisation révocable. Possession précaire, à titre précaire ( détention) . Par ext. Détenteur précaire.
2(déb. XVIIe) Cour. Dont l'avenir, la durée, ne sont pas assurés. 1. incertain, instable. Bonheur, tranquillité précaire. 1. court, éphémère, fugace, fugitif, passager. Sa santé est précaire. fragile. Être dans une position, une situation précaire (cf. Comme l'oiseau sur la branche). Travail, emploi précaire, sans garantie de durée ( précariser; cf. Contrat à durée déterminée) . Travailleurs précaires.
Subst. Ce qui est précaire. « C'est le pays de l'écroulement, de l'inconsistant, du précaire » (Tharaud).
(Choses matérielles) « Quatre, cinq huttes précaires, quelques engins de pêche » (Claudel).
⊗ CONTR. Assuré, durable, éternel, pérenne, permanent, solide, stable.

précaire adjectif (latin precarius, qui s'obtient par prière) Qui n'existe ou ne s'exerce que par une autorisation révocable : Poste précaire. Qui n'offre nulle garantie de durée, de stabilité, qui peut toujours être remis en cause : Santé précaire. Emploi précaire. Qui est d'une sécurité douteuse : Un abri précaire.précaire (synonymes) adjectif (latin precarius, qui s'obtient par prière) Qui n'offre nulle garantie de durée, de stabilité, qui peut...
Synonymes :
- délicat
- éphémère
- menacé
- périssable
Contraires :
- assuré
- éternel
- inaltérable
- sûr
précaire adjectif et nom Qui est soumis à un emploi, un travail précaire.

précaire
adj.
d1./d DR Sujet à révocation. Possession à titre précaire.
Par ext. Détenteur précaire.
d2./d Qui est incertain, sans base assurée. Santé, situation précaire.

⇒PRÉCAIRE, adj.
A.DR. Qui n'est octroyé, qui ne s'exerce que grâce à une concession, à une permission toujours révocable par celui qui l'a accordée. Avant (...) [Solon], la plupart des habitants de l'Attique étaient encore réduits à la possession précaire du sol et pouvaient même retomber dans la servitude personnelle (FUSTEL DE COUL., Cité antique, 1864, p.342). V. précarité ex. 1:
1. ... l'administration peut délivrer des autorisations précaires d'occupation et percevoir en échange des taxes spéciales (pour l'implantation de stations d'essence, d'étalages, de terrasses de café, etc.)...
BELORGEY, Gouvern. et admin. Fr., 1967, p.228.
Détenteur précaire. V. détenteur A 1.
Loc. adv. À titre précaire. Par suite d'une autorisation toujours révocable. Des maîtres auxiliaires peuvent être chargés à titre essentiellement précaire d'assurer l'intérim d'un emploi momentanément vacant (Encyclop. éduc., 1960, p.339).
Empl. subst. masc. ou fém. (v. LITTRÉ), HIST. DU DR. Procédé juridique, hérité du droit romain, utilisé à l'époque franque, permettant à un propriétaire de concéder des tenures grevées de charges modiques (ou même nulles), mais n'impliquant pas d'obligations militaires à la différence du bénéfice (v. ce mot II A 1), en vue de rémunérer des services ou d'entretenir des fidélités (d'apr. FÉDOU Moy. Âge 1980).
P. méton. La précaire fut à la fois et l'acte de concession d'une terre à titre d'usufruit, et la terre elle-même concédée dans cette forme (E. BOUTARIC, Des origines du régime féodal, Paris, 1875, p.10 ds LITTRÉ). Il faut distinguer la précaire (precaria), qui est l'acte de requête par lequel un vassal demandait à son seigneur de lui faire un don suffisant pour assurer sa subsistance, ou par lequel un homme libre demandait un bienfait en offrant en échange sa fidélité et ses services, du précaire (précarium) qui est précisément le bien fructifère concédé par le puissant à celui qui se place sous sa protection (Encyclop. univ. t.20 1975, p.1557).
Loc. adv. En/par précaire; à titre de précaire. Synon. vieilli de à titre précaire. D'une part la rupture avec l'avant-guerre, d'autre part l'incertitude absolue des lendemains, semblent donner la vie, comme on disait dans le droit ancien, en précaire, et singulièrement la vie littéraire (THIBAUDET, Hist. litt. fr., 1936, p.521).
B.P. ext.
1. [En parlant d'une réalité abstr.] Dont on ne peut garantir la durée, la solidité, la stabilité; qui, à chaque instant, peut être remis en cause. Synon. aléatoire, incertain, instable, passager. Dantès n'avait pas mangé depuis la veille, mais il n'avait pas songé à la faim le matin, et il n'y songeait pas encore. Sa position était trop précaire pour lui laisser le temps d'arrêter sa pensée sur aucune autre idée (DUMAS père, Monte-Cristo, t.1, 1846, p.248). Don Juan sait et n'espère pas. Il fait penser à ces artistes qui connaissent leurs limites, ne les excèdent jamais, et dans cet intervalle précaire où leur esprit s'installe, ont toute la merveilleuse aisance des maîtres (CAMUS, Sisyphe, 1942, p.98):
2. L'amitié, l'amour, c'était à mes yeux quelque chose de définitif, d'éternel, et non pas une aventure précaire. Je ne voulais pas que l'avenir m'imposât des ruptures: il fallait qu'il enveloppât tout mon passé.
BEAUVOIR, Mém. j. fille, 1958, p.107.
SYNT. État, existence, santé, situation, sort, statut précaire; circonstances, conditions précaires; carrière, métier précaire; ressources précaires; beauté, bonheur, dignité, équilibre, harmonie, ordre, paix, sécurité, sérénité, tranquillité précaire; accord, alliance, appui, attachement, intimité, liaison, relation précaire; autorité, domination, pouvoir, réussite, triomphe précaire; innovation, théorie précaire; majorité précaire.
♦[P. méton.] Il ne s'agit plus d'aimer et de vivre; il faut dévorer ses larmes et traîner des jours précaires, flétris, misérables (SENANCOUR, Obermann, t.2, 1840, p.176). Tout n'était que silence, repos, autour de lui, dans ces quarante chambres où tant de vies précaires avaient pris refuge (DABIT, Hôtel, 1929, p.45). Nous vivons (...) une vie terriblement quotidienne. Nous vivons au jour le jour, comme aux époques les plus pressées par les besoins immédiats, comme aux temps les plus précaires de l'humanité (VALÉRY, Regards sur monde act., 1931, p.202).
Empl. subst. masc. sing. à valeur de neutre. D'une certaine manière, des gens qui renoncent à tout et des gens qui désirent tout sont bien faits pour s'entendre. Les uns et les autres, en effet, ne se satisfont de rien; ils ont jusqu'à en souffrir le sens du précaire, le désir de la perfection (BARRÈS, Renan, 1888, p.163). Et le sacrifice que nous pensions mutuellement consentir, cette incertitude même, le sentiment du précaire où nous vivions donnaient à ces derniers moments le charme des débuts de l'amour (THARAUD, Maîtr. serv., 1911, p.70).
Le précaire de qqc. Le caractère précaire de quelque chose. Dans ces moments où j'ai ressenti si vivement le précaire de l'existence, j'ai su que je tenais plus aux choses de l'art qu'à la fortune, qu'à l'enthousiasme des affaires (ARAGON, Beaux quart., 1936, p.458):
3. [Benjamin Crémieux] montre l'instabilité générale engendrant en 1918 la recherche de toutes les formes de pensée et d'art qui coïncidaient avec le précaire des régimes politiques, et aboutirent au dadaïsme.
Arts et litt., 1936, p.40-7.
2. [Dans le domaine concr.] Dont on ne peut garantir la solidité, la durée; qui n'est pas sûr. Abri, refuge précaire; clôture, hutte précaire; ombre précaire. La rapidité de montage des lignes de campagne et leur installation précaire (...) font que ces lignes ont un très mauvais isolement (A. LECLERC, Télégr. et téléph., 1924, p.246). Hongkong, écrit un membre de la Chambre de Commerce (...), si le Gouvernement anglais ne décide pas d'intervenir par les armes, sera dans un an le port le plus précaire de l'Extrême-Orient (MALRAUX, Conquér., 1928, p.116). Elle arrivait aux lignes d'avant-garde la nourriture, honteusement rampante et lourde, en longs cortèges boiteux de carrioles précaires (CÉLINE, Voyage, 1932, p.43). V. ais ex. 11.
REM. Précairement, adv. a) [Corresp. à supra A] À titre précaire. Ceux qui possèdent pour autrui, ne prescrivent jamais, par quelque laps de temps que ce soit. Ainsi, le fermier, le dépositaire, l'usufruitier, et tous autres qui détiennent précairement la chose du propriétaire, ne peuvent la prescrire (Code civil, 1804, art. 2236, p.409). [Par dérision] La Vénus de Milo n'est le bien de la communauté française que précairement et tant qu'il n'a pas plu au Parlement de la vendre, de la mettre en gage, de la donner ou d'en faire de la chaux (THIBAUDET, Réflex. litt., 1936, p.48). b) [Corresp. à supra B] D'une manière précaire. Ezra prit à tâche, secondé par Néhémie, d'enseigner et d'imposer les commandements de la Tora à son peuple, quelques dizaines de milliers d'âmes peut-être, précairement installées à Jérusalem (WEILL, Judaïsme, 1931, p.20). Un jeune héros de Mauriac considérait ses amitiés et ses plaisirs comme des «branches» qui le soutenaient précairement au-dessus du néant (BEAUVOIR, Mém. j. fille, 1958, p.228).
Prononc. et Orth.:[]. Ac. 1694, 1718: pre-; dep. 1740: pré-. Étymol. et Hist. 1. a) 1336 precoire dr. «qui ne s'exerce que grâce à une autorisation révocable» (A. N., S 307, pièce 16 ds GDF. Compl.), empl. isolé; de nouv. av. 1585 précaire (RONSARD, OEuvres compl., éd. P. Laumonier, t.18, p.449, 94); b) 1804 détenteur précaire (Code civil, art. 2239, p.409); 2. a) 1618 «dont l'avenir, la durée, ne sont pas assurés» (A. D'AUBIGNÉ, Hist. univ., t.1, p.346: vie précaire); b) 1892 «id. (de choses matérielles)» (CLAUDEL, Violaine, p.562). Empr. au lat. jur. precarius «obtenu par prière; donné par complaisance; mal assuré, passager», dér. de precari «prier, demander en priant» (v. prier). Fréq. abs. littér.:452. Fréq. rel. littér.:XIXes.: a) 493, b) 285; XXes.: a) 593, b) 991.

précaire [pʀekɛʀ] adj.
ÉTYM. Mil. XVIe; 1336, precoire; lat. jurid. precarius « obtenu par prière ». → Prière.
1 Dr. Qui ne s'exerce que grâce à une autorisation, à une tolérance révocable.(Dr. civ.). || Possession précaire. || Détention d'un bien à titre précaire.Par ext. || Détenteur précaire ( Détention).
2 (Déb. XVIIe). Cour. Dont l'avenir, la durée, la solidité ne sont pas assurés; qui peut à chaque instant être remis en question. Incertain, instable. || Un résultat précaire, qui ne tient qu'à un fil, à un souffle. || Bonheur, tranquillité précaire. Court, éphémère, fugace, fugitif, passager (→ Bassesse, cit. 28). || Œuvre, influence (→ Incertain, cit. 6), victoire précaire, sans lendemain. || Santé précaire. Délicat, fragile. || Gouvernement, régime qui n'a plus qu'une autorité précaire (→ Branler dans le manche). || Être dans une position, une situation précaire (→ Comme l'oiseau sur la branche). || Vie précaire (→ Entraide, cit. 1).Travail, emploi précaire : travail, emploi dont la durée n'est pas garantie (→ Emploi, contrat à durée déterminée).Par métonymie (abusif). || Les travailleurs précaires, ceux qui n'ont pas la garantie de l'emploi.Subst. || Les précaires et les chômeurs. → Intermittent, vacataire. — Par ext. (abusif). Qui procure des emplois précaires. || « L'État employeur précaire » (le Monde, 13 juin 2000, p. 1, titre d'article).
1 J'aurais fui surtout, comme nécessairement mal gouvernée, une république où le peuple, croyant pouvoir se passer de ses magistrats, ou ne leur laisser qu'une autorité précaire, aurait imprudemment gardé l'administration des affaires civiles et l'exécution de ses propres lois (…)
Rousseau, De l'inégalité parmi les hommes, À la république de Genève.
2 Le mot précaire signifie aujourd'hui une chose ou un état mal assuré, et prouve le peu qu'on obtient par la prière puisque ce mot vient de là.
Rivarol, Littérature, Notes.
3 Les hommes réclament tous la paix (…) Mais leur intolérance réciproque, leur instinct combatif, la rendent précaire, dès qu'ils l'ont (…)
Martin du Gard, les Thibault, t. IX, p. 91.
3.1 L'aléatoire n'exige pas l'absurde, mais un agnosticisme de l'esprit; le tragique n'est pas sa dernière instance, et sans doute n'en a-t-il pas d'autre, que lui-même. Pour lui l'homme n'est qu'objet d'interrogation, à la façon dont le monde l'est pour la science. Et avec autant de rigueur que la chrétienté enfanta le chrétien, la plus puissante civilisation de l'histoire aura enfanté l'homme précaire.
Malraux, l'Homme précaire et la Littérature, p. 331.
N. m. Ce qui est précaire.
4 C'est le pays de l'écroulement, de l'inconsistant, du précaire, du vent qui emporte sans cesse tous les murs de boue en poussière.
Jérôme et Jean Tharaud, Marrakech, X.
(1900). Choses matérielles. || Abri, hutte précaire (→ Un château de cartes).
5 Point de villages ni de cultures; à peine, çà et là, entre les arbres dépouillés, quatre, cinq huttes précaires, quelques engins de pêche sur la berge, une barque ruineuse (…)
Claudel, Connaissance de l'Est, p. 106.
CONTR. Assuré, durable, éternel, solide, stable.
DÉR. Précairement, précariser, précarité.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Precaire — Précaire Au Moyen Âge, la précaire est une terre concédée en bénéfice par un supérieur à un inférieur (un vassal par exemple), à la demande (« prière ») expresse de cet inférieur. Le contrat est établi pour une durée limitée et cesse à… …   Wikipédia en Français

  • precaire — Precaire. adj. de tout genre. Il n a guere d usage qu en cette phrase, Authorité precaire, qui se dit d une authorité qu on n exerce que par permission & par tolerance. Il est aussi subst. & alors il est terme de Pratique, & se dit des choses… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • précaire — (pré kê r ) adj. 1°   Qui ne s exerce que par permission, que par tolérance, avec dépendance. Possession précaire. •   Par la nature du climat et du terrain, le peuple chinois a une vie précaire ; on n y est assuré de sa vie qu à force d… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • PRÉCAIRE — adj. des deux genres Qui ne s exerce que par une tolérance qui peut cesser, par une permission révocable, par emprunt, avec dépendance, avec incertitude. Autorité précaire. Pouvoir précaire. Possession précaire. Son état est précaire. Existence… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • PRÉCAIRE — adj. des deux genres Qui ne s’exerce que par une tolérance qui peut cesser, par une permission révocable. Autorité précaire. Pouvoir précaire. En termes de Jurisprudence, Possession précaire se dit de la Simple détention d’une chose pour le… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • Précaire — Au Moyen Âge, la précaire est une terre concédée en bénéfice par un supérieur à un inférieur (un vassal par exemple), à la demande (« prière ») expresse de cet inférieur. Le contrat est établi pour une durée limitée et cesse à la mort… …   Wikipédia en Français

  • précaire — adj. prékéro, a, e (Albanais) …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • La precaire — Précaire Au Moyen Âge, la précaire est une terre concédée en bénéfice par un supérieur à un inférieur (un vassal par exemple), à la demande (« prière ») expresse de cet inférieur. Le contrat est établi pour une durée limitée et cesse à… …   Wikipédia en Français

  • Emploi précaire — Travail précaire Un « emploi précaire » ou un « travail précaire » désigne un emploi qui présente trop peu de garanties d’obtenir ou conserver dans un avenir proche un niveau de vie « acceptable », et qui engendre un …   Wikipédia en Français

  • Travail precaire — Travail précaire Un « emploi précaire » ou un « travail précaire » désigne un emploi qui présente trop peu de garanties d’obtenir ou conserver dans un avenir proche un niveau de vie « acceptable », et qui engendre un …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.